Spectacle " Et puis s'envolent" à partir de 4 ans


Une histoire

Au tout début du bout du monde, il n’y avait pas de couleurs, pas de musique,
pas de chant ni aucune forme d’art…
Et puis il y avait un Roi, strict et sévère. Tyrannique, en somme.
Une fille de Roi au destin tout tracé.
Dans ce monde gris et triste sans surprises et sans imagination, surgit un musicien de rien du tout qui arrive d’on ne sait où.
Et avec lui vont surgir couleurs, joie, chant, danse, frissons.
Bien évidemment le Roi chassera cet intrus pour que tout rentre bien dans l’ordre.
Bien évidemment, la princesse s’enfuira.
Bien évidemment elle rejoindra le musicien de rien du tout en défiant son père.
Elle connaîtra l’amour et l’eau fraîche.
Au gré de leur vagabondage, les jeunes gens transformeront le monde autour d’eux.
Avec leur musique et leur chant, naîtront non seulement couleurs et joie mais aussi
une effervescence qui réveillera le peuple endormi.
Celui-ci commence à se questionner, à réfléchir, à inventer, à… imaginer.
Une liberté nouvelle souffle sur un monde à colorier.
Bien évidemment la colère du Roi sera terrible.
Bien évidemment les jeunes gens seront punis.
Une punition terrible !
Mais le peuple proteste, une clameur s’élève et… pas bien évidemment du tout,
le destin tragique des deux jeunes gens prend une surprenante tournure…
Ils s’envolent et se métamorphosent.
Ainsi sont nés la lune et le soleil

Elle s’appelle Lunéelle. Il s’appelle Solila.

 Un propos

L’histoire parle d'émancipation, de liberté, de métamorphose et d'ouverture grâce au geste artistique. Ou comment, de l’art - et en particulier de la musique - peut naître le chemin vers la connaissance de soi, vers son identité et
le désir de penser par soi même.
Le récit oppose tyrannie et liberté. Le monde, au début de l’histoire, semble immuable. Il est triste et terne. Toute vie est déterminée dès la naissance. Mais comment peut-on lutter contre cet état de fait si l'on ne sait pas qu'une autre vie est possible ?
C’est là qu’intervient l’imagination.
Elle apparaît avec la musique et le chant qui opèrent comme un révélateur.
Dans l’histoire, la musique interpelle, surprend, étonne. Elle est le souffle nouveau, la chose inconnue qui permet aux gens d’entrevoir que leur vie peut être différente. On passe du « noir et blanc » à la couleur, de la soumission et de la passivité à l’imagination et à l’action.
L'imagination nourrit les rêves, suscite des désirs, ouvre les chemins des possibles. Elle peut être considérée comme subversive pour celui qui veut dominer. Mais elle est indispensable pour celui qui veut s’émanciper, se libérer.
Parce qu’il veut l’étouffer en condamnant les deux héros, le Roi provoque, peut être, la première manifestation populaire de l’histoire du monde.
La fin semble tragique pour la princesse et le musicien mais en réalité, leur métamorphose est une renaissance. Devenus soleil et lune, ils sont à l’origine d’un monde nouveau.
Cette histoire invite à considérer l’art comme indispensable pour grandir et se révéler à soi-même en luttant pour la liberté de penser et de choisir.


Equipe Artistique

D'après une histoire de : Robin Thiam
Mise en scène : Philippe Dubos
Adaptation et jeu : Françoise Demange
Musique : Véronique Mougin
Création lumière / régie : Aurélie Bernard
Construction décor : Patrick Grandvuillemin
Construction structure lumière : Valentin Monnin



Fiche technique

Durée du spectacle :
40 mn

Dimensions plateau :
Ouverture : 8 m minimum mur à mur
Profondeur : 4,5 m minimum
Hauteur : 3 m
Obscurcissement indispensable
Si salle pas équipée : spectacle autonome en lumière et en son
Jauge : 100 spectateurs maximum
Gradinage des spectateurs conseill

Montage
4 heures de montage
2 heures de démontage
4 personnes en tournée

Lien vidéo : reportage France 3 "Et puis s'envolent"
Teaser Et puis s'envolent  https://www.youtube.com/watch?v=kE4VJZRGByg













Commentaires

  1. Un chouette beau spectacle vu à Bétheny pour le festival arts en pagaille

    RépondreSupprimer
  2. le plus beau et doux spectacle de ma vie (j'ai attendu un an pour le dire, mais le temps confirme...). j'ai 37 ans.
    de l'affiche au thème, de l'entrée au texte, partout ciselées dentelées la beauté, la philosophie, la grâce.
    une salle, adultes et enfants, suspendue au souffle de la conteuse. c'est trop rare... la création telle qu'elle mérite d'être vue et soutenue. bavo.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés